Flore vaginale

Sommaire

La flore vaginale est un ensemble de bacilles et de germes tapissant le vagin. Elle possède un équilibre précis. Cet équilibre est fragile et il faut prendre certaines précautions pour le maintenir.

Le point dans notre article.

Flore vaginale : un équilibre fragile en constante évolution

Le vagin est colonisé par une flore bactérienne dès la naissance. Celle-ci évolue au cours du temps :

  • Dans les premiers jours, la flore vaginale ressemble beaucoup à celle d'une femme adulte du fait de l'imprégnation hormonale maternelle.
  • Jusqu'à la puberté, elle est constituée de germes digestifs et cutanés.
  • Avec la puberté, la sécrétion d'œstrogènes augmente, ce qui transforme progressivement la flore en celle d'une femme adulte.
  • Au cours de la vie d'adulte, l'équilibre de la flore vaginale varie en fonction notamment des grossesses, des cycles menstruels et de la ménopause.

À noter : la flore vaginale a été écrite pour la première fois il y a une centaine d'années par le Dr Döderlein.

Composition et rôle de la flore vaginale

La flore vaginale est l'ensemble des micro-organismes qui se trouvent dans le vagin. Ces micro-organismes forment un biofilm protecteur sur les muqueuses du vagin. Ils permettent ainsi de limiter les infections en créant un milieu défavorable pour les germes pathogènes.

Composition de la flore vaginale

En bonne santé, le vagin contient jusqu'à 1 milliard de germes par millilitre dans ses sécrétions :

  • Entre 90 et 95 % de ces micro-organismes sont des bacilles de Döderlein, de la famille des Lactobacillus. On note la présence de 1 à 4 espèces de lactobacilles.
  • Les 5 à 10 % restants sont des microbes (streptocoques, germes anaérobies, mycoplasmes, Candida albicans…) qui ne se développent que si un déséquilibre se crée dans la flore vaginale.

À noter : environ 70 % des femmes présenteront une candidose vagino-vulvaire au cours de leur vie. Celle-ci est causée dans 85 à 90 % des cas par la bactérie Candida albicans.

Action des lactobacilles dans la flore vaginale

Le film protecteur du vagin est naturellement acide. Son pH se situe entre 3,8 et 4,5. Cette acidité est un mécanisme de défense contre les agents pathogènes et les infections. Elle est notamment maintenue par le biofilm et la production de différentes substances par les lactobacilles :

  • de l'acide lactique ;
  • du peroxyde d'hydrogène (H2O2),
  • un acide aminé, l'arginine désaminase, qui empêche la croissance et la prolifération des pathogènes ;
  • des bactériocines.

À noter : contrairement aux autres bactéries pathogènes, la bactérie Candida albicans préfère l'acidité.

Comment reconnaître un déséquilibre de la flore vaginale ?

Pour évaluer la flore vaginale, on utilise le score de Nugent. Celui-ci permet de quantifier la présence de trois éléments constitutifs. Le résultat permet de dire si la flore est normale, en léger déséquilibre ou en déséquilibre plus prononcé.

Facteurs pouvant déséquilibrer la flore vaginale

L'équilibre de la flore vaginale est très précaire. Il existe en effet de nombreux facteurs pouvant le déstabiliser :

  • une hygiène intime inappropriée (trop de douches, produits inadaptés…) ;
  • des sous-vêtements inadaptés ou des vêtements trop serrés ;
  • la prise d'antibiotiques, qui détruisent la flore vaginale ;
  • des troubles hormonaux (ménopause, règles, grossesse…) ;
  • le tabac ;
  • le stress ;
  • le diabète ;
  • la piscine et le sauna ;
  • des rapports sexuels fréquents non protégés ;
  • certaines pathologies.

Conséquences et symptômes d'un déséquilibre de la flore vaginale

Un déséquilibre dans la flore vaginale entraîne des inflammations et des infections :

  • Lorsque la flore vaginale est déséquilibrée, on parle de vaginose.
  • Lorsqu'elle est infectée ou inflammée, selon le pathogène responsable, on parlera de vaginite ou de mycose.
  • La multiplication de germes pathogènes peut également entraîner des cystites.

À noter : les vaginoses bactériennes représentent 50 à 60 % de toutes les infections de la vulve et du vagin.

Une infection vaginale va occasionner différents symptômes : gonflements, rougeurs, douleurs, pertes vaginales anormales, saignements.

Bon à savoir : la sécheresse vaginale peut également être le symptôme d'une mycose.

Déséquilibre de la flore vaginale : comment le prévenir et le traiter ?

Quoiqu'en constante évolution, la flore vaginale doit préserver son équilibre pour éviter de développer ces mycoses ou infections. Pour cela, il faut veiller à différents facteurs externes ou internes : les médicaments, l'excès d'hygiène, les anomalies endocriniennes, le stress, le tabac.

En cas d'infection, seul votre médecin peut vous donner le traitement adéquat :

  • des probiotiques ;
  • des antibiotiques respectant la flore vaginale ;
  • des produits antifongiques sous forme d'ovules ;
  • des traitements à base de composés imidazolés.

Pour en savoir plus :

  • La bactérie Gardnerella vaginalis est à l'origine de la majorité des vaginoses bactériennes. On vous en dit davantage dans notre article.
  • Les pertes blanches pendant la ménopause peuvent être le signe d'une vaginite infectieuse. 
  • Bénigne, une mycose non traitée peut évoluer en mycose chronique et devenir plus compliquée à éradiquer. Faites le point avec nos experts en téléchargeant notre guide.

Ces pros peuvent vous aider